6° séance avec des enfants aveugles, été 2011

Publié le par ajajdr

(Attention, cet article a initialement été écrit pour le site de l’AJA Omnisports, site peu commun des Jeux de Rôles, d’où certaines précisions que les rôlistes trouveront sans doute surprenantes)

======================================================================================================

 

Compte-rendu du lundi  1° Aout 2011

 

Présents :

Bérenger L, 13 ans, Non-Voyant, découvrant le jeu de rôles. Il a choisi de faire un Humain Guerrier (épée longue, arc long, 2 dagues, chemise de maille et targe) ; sans nom ni age particulier.

Clémence L, 12 ans, Voyante, découvrant le jeu de rôles. Elle a choisi de faire une Elfe Guerrière (Double épée, épée courte, 2 dagues) ; sans nom ni age particulier.

Martin L, 10 ans, Voyant, découvrant le jeu de rôles. Il a choisi de faire un Humain Guerrier (épée longue, arc court, 2 dagues, chemise de maille et targe) ; sans nom ni age particulier.

Margot R, 12 ans, Voyante. Elle a choisi la semaine dernière de faire une Elfe Guerrière (Arc, épée, armure de cuire), pas encore nommé, et âgé de 118 ans.

Samuel D, 12 ans (et demi), Mal-Voyant

qui a déjà joué les 10 séances de l’été dernier, et qui en plus à continuer, chez lui, durant l’année scolaire. Il a choisi la semaine dernière de faire un Elfe Guerrier (Arc, épée à 2 mains, cotte de maille) nommé « Legolas » (comme dans l’œuvre « le Seigneur des Anneaux ») et âgé de 113 ans.


Durée : 1h30. Mais Bérenger, Clémence et Martin, frère et sœurs, sont partis au bout d’une heur, à 19h, heure fixée par les parents. Le MJ a donc ensuite géré les PJ (Personnage-Joueurs) comme des PNJ (Personnage-Non-Joueur ; du décors, donc).

 

Mathis et JB, 2 enfants déficients visuels étaient de retour à Auxerre, pour participer à la 2° semaine de stage « Cirque et Gravures ». Ils avaient une place réservée à la table de jeu, car ils avaient joué les 10 séances de l’an dernier. Mais à la surprise du MJ, aujourd’hui, ils n’étaient pas très motivés… Il ne s’agissait pas de les forcer. Ils s’étaient relativement impliqués dans le jeu, l’an dernier, mais ils ont le droit de varier les plaisirs.

Avec Clément H et des parents, ils ont joué à Fantasy (le jeu de carte d’Asmodée), dont les cartes ont été mises en braille par l’association « Enfant-Aveugle ».

 

Il a fallut présenter le Jeu de Rôles à Clémence, Martin et Bérenger, puis leur faire des personnages (PJ). Décidément, avec des débutants, il s’agit toujours d’étapes laborieuses et chronophages, même sans chiffrer les caractéristiques des PJ.

Une autre règle générale, c’est que jouer avec des enfants, c’est des colonnes et des chutes de dés régulières…

 

Résumé :

Pour faire simple, il n’y a pas « d’intégration » des nouveaux PJ, ni d’explication sur la « disparition » des PJ des joueurs qui ont quitté Auxerre. Une tradition du Jeu de Rôles voudrait que pour faire une histoire cohérente et suivit, la venue d’un nouveau PJ ait une explication, et que les PJ présents l’accueillent (d’une manière liée à la dite explication) et lui parlent pour lui donner les informations nécessaires pour poursuivre le scénario (role-play, les joueurs parlent comme parleraient leur PJ). Mais d’un point de vue pragmatique, avec des enfants, et d’une façon générale avec des débutants, au club AJA Jeux de Rôles, le MJ claque des doigts et annoncent que le groupe de PJ du début de l’histoire, c’est celui qui est présent aujourd’hui autour de la table.

Le MJ a fait un résumé de la situation, et a envoyé en promenade les PJ avec un PNJ chez qui ils logent : Christophe des Hautes Roches, chevalier et participant aussi au tournois. Le tournois touche à sa fin. Les PJ ont une journée de repos avant l’épreuve finale, une épreuve de survie en milieu hostile, dans un recoin sauvage et plein de monstres, du Duchés des « Roches Pourpres ». Christophe tient donc à leur présenter la faune et la flore locale. Les joueurs n’ont rien eut à en redire (c’est le bon côté de faire jouer des enfants).

Le petit groupe se fait (évidement) attaquer par des hommes-serpents en armes, qui en veulent visiblement surtout à Christophe, et ils tentent plusieurs fois de le blesser avec des armes à distances enduites de poison. Un PJ est d’ailleurs touché par accident par l’une flèche empoisonnée. Elle ressent alors un coût de fatigue (sans conséquence dans le jeu) et ses yeux s’étirent comme des yeux de serpents. Christophe fini par être aussi touché. Il s’écroule, inconscient, agité et en sueurs. Ses yeux s’étirent, il perd tout ses cheveux et ses poiles, sa peau pèle par endroit pour faire apparaître une peau écailleuse dessous.

Finalement, aucun homme-serpent n’en survit. Et les PJ, gravement blessés pour certains, reviennent en ville en portant Christophe, qui réussit à leur dire de l’emmener à la chapelle de la déesse Lune. Et effectivement, là-bas, les prêtres l’accueillent avec le plus grand intérêt, et soignent tout le monde. Christophe reste alité malgré tout, et ses changements physiques persistent.

De toute évidence, les adorateurs du Dieu serpent lui ont infligé le poison qui est la première étape de la drogue maudite (rappel, deuxième étape : une potion injecter par l’ancêtre de nos seringues).

 

Problèmes techniques :

Le plateau magnétique et ses pions et briques sont en plein progrès. Mais le club n’a pas réussit à remettre la main sur LA colle liquide qui par le passé à plutôt réussi : la « UHU Hart ». Ce produit est bien sur le site de UHU – France, mais cela fait 1 an qu’ils n’en vendent plus en France (ce serait un produit « trop spécifique »), mais c’est encore vendu en Allemagne. Pour la fabrique des pions et les briques, les collages ont donc été fait avec de la « UHU colle tout », sauf que visiblement, elle résiste mal aux fortes chaleurs (si l’objet est dans une serre, etc). Et donc : les pions tombent en morceaux en pleine séance. Nous avions vu le coût venir, et nous étions passé à la « Super-Glue, en gel ». 3,5€ les 3 grammes ; à ce prix là, ça a intérêt à coller. Il faudra visiblement une poigné de tubes pour coller tout le projet. Dans l’espoir que la foret de pions et de briques en préparation ne se décolle pas à la deuxième utilisation.

C’est risible, mais « à rire jeune », ce problème de colle. Car l’Association Enfant-Aveugle, qui pour rendre accessible pleins de jeux de sociétés, fait régulièrement des collages, n’a toujours pas trouvé LA solution. Et les fortes chaleurs peuvent toujours être synonymes de gondolage et de décollage du matériel.

Voilà un obstacle matériel que nous n’avions pas du tout envisagé.

Cela rend perplexe. Nous allons devoir attendre pour savoir si notre choix de colle est le bon.

Commenter cet article