9° séance avec des enfants aveugles, été 2011

Publié le par ajajdr

(Attention, cet article a initialement été écrit pour le site de l’AJA Omnisports, site peu commun des Jeux de Rôles, d’où certaines précisions que les rôlistes trouveront sans doute surprenantes)

 

=======================================================================================================

 

Compte-rendu du jeudi 4 août 2011

 

 

Présents :

Margot R, Samuel D,

 

Durée : 1h45.


Résumé :

Les PJ avaient de nouveau tué tout les Hommes-Serpents, qui, cette fois-ci, attaquaient les chevaliers qui se rendaient à l’une des étapes de la dernière épreuve du tournoi. De nouveau, ils se sont rendus compte qu’il y avait une charrette avec les chevaliers inconscients dedans. Cette fois-ci, ils pensèrent qu’ils pouvaient pister les traces de la charrette, surtout que le MJ leur avaient expliqué, à la fin de la précédente séance, que c’était une action tout à fait envisageable.

C’est pourquoi ils n’ont pas remonté les traces. Auraient-ils l’esprit de contradiction ? Ils ont argumenté que pour la sécurité du royaume, il fallait déjà avertir les soldats postés à l’étape de l’épreuve. Argumentaire qui se tenait. De toute façon, les joueurs sont libres de faire ce qu’ils veulent.

Et donc, en aillant avertit les soldats, l’alarme a été diffusé, des renforts sont venus, mais tout cela a pris 2 jours, et pas mal de role-play (surtout avec Samuel) et de description de la part du MJ. Et finalement, c’est accompagné de 50 soldats et d’un expert du pistage, que les PJ ont remonté la fameuse piste.

Le MJ dût, comme d’habitude, improviser pour coller logiquement à la situation (et surtout offrir un challenge amusant aux joueurs). Donc, les hommes-serpents avaient vider leur repaire : un réseau de grotte naturel. Le capitaine a préféré stopper dans la première salle, et attendre du renfort (il y avait ensuite 3 chemins possibles et il ne voulait pas diviser ses troupes). Samuel voulait, lui, continuer : role-play ; et les PJ continuèrent, accompagnés de 7 soldats volontaires.

Plus tard, le groupe s’est enfin fait attaquer. Les PJ sont finalement vainqueur, et les ennemis se sont repliés. 3 soldats ont tout de même été tués, et un est gravement blessé.

Si la séance a été si longue, c’est parce que les joueurs ont misés sur la prudence, et que le MJ voulait quand même faire un combat.

 

Prochaine séance :

Ca se confirme, il y aura une séance demain.

 

Précision technique :

Dans un précédent compte-rendu, j’ai écris :

« De plus, le plateau magnétique fait pleinement son office. C’est donc une victoire pour ce dernier aspect du jdr qu’il fallait rendre accessible. »

Mais qu’est-ce je voulais signifier par là ?

Autour d’un principe global, la pratique du Jeu de Rôles englobe une très grande variété de pratiques. Il y a toute la gamme des univers de jeu. Tout le gradient dans la complexité des règles. Différents « genre » de scénarios possibles. Etcetera. Il est extrêmement difficile d’avoir des statistiques sur ces pratiques. Il y a une franche des rôlistes ( rôlistes = les pratiquants du jeu de rôles) qui jouent le plus souvent possible avec des plans quadrillés (parfois griffonnés rapidement) ou des « vue du dessus » quadrillés imprimés en couleurs, et des pions. Ces pions pouvant aller du pion de jeu de Dames recyclé, aux figurines en résine ou en plombs, vierges ou peintes. D’autres rôlistes considèrent que porté à l’extrême, cette pratique fait perdre l’intérêt du Jeu de Rôles, pour n’en faire plus qu’un simple « jeu de plateau ». Il reste que lors des combats, surtout, cela donne une toute autre qualité de jeu. Le plateau magnétique et les pions, développés par l’AJA Jeux de Rôles, ne sont absolument pas là pour rendre accessible l’usage des Plans + figurines ; même si, de fait, cela le permet. En réalité, pour décrire une situation, le MJ peut très avantageusement compléter son discours par un schéma (parfois très schématique). L’apport de ce schémas est souvent très intéressant. Tous les participants visualisent immédiatement mieux la scène. Et puis cela limite les erreurs du type « Tu m’avais dit à ma droite, sauf que je t’avais dit que je m’étais retourné, alors tu t’étais trompé. Mon action n’a plus aucun sens maintenant… ».

Sauf qu’avec des aveugles, aucun schéma, mais si c’est une œuvre d’arts, n’apportera quoi que ce soit. Cela aidera le MJ, s’il est voyant, à ne pas se tromper et à plus facilement décrire les lieux, mais sinon, pour le joueur DV, directement, cela n’apporte rien.

Il faut donc forcément passer par un système en relief…

Les joueurs non-voyants le regardent de temps en temps, avec les mains – et même systématiquement quand c’est à eux de jouer. Ils revérifient, oralement, avec le MJ, quel pion est qui, et donc qui est où. Malgré un système magnétique efficace, ils ont tendance à un peu déranger le plateau, le MJ veille donc à replacer, si besoin, chaque pion au centre de sa case. Ces deux étapes (vérification orale et replacement des pions) peuvent être de plus en plus rapide, à mesure que le joueur DV connaît l’outil. Les joueurs DV doivent aussi faire preuve d’un minimum de débrouillardise manuelle pour différencier les pions (etc) ;  mais de même, avec l’usage, cela ne pause plus de problème (hors mis les pions qui sont réellement indifférenciables tactilement).

Pour que les joueurs DV puissent accéder aux pions sur le  plateau magnétique, il faut veiller à ne pas utiliser une énorme table, mais bien une petite table. De sorte qu’en allongeant le bras, tous les joueurs concernés puissent toucher chaque extrémité du plateau.

Attention, plateau magnétique et pions ont bien vocation à appuyer la description orale, et pas à la remplacer. Le MJ ne doit donc jamais oublier de décrire les actions, les réactions, la taille des salles et couloirs, les décors…

J’ai personnellement constaté une prise de décision facilitée par la meilleure perception de la scène qu’avait apportée le plateau.

Il reste que dans une la séance du jour, le combat aurait dû mettre en scène les 4 PJ et 7 soldats, contre au moins autant de PNJ ennemis, et là, le plateau aurait réellement été surchargé de pions différents, et la « vision tactile » aurait sans doute été mal aisé. Alors par soucis de simplicité, le MJ a décidé de rester sur la simple description orale. D’un autre côté, une forêt de petits pions identiques est en préparation pour mettre en scène une attaque de gobelins… mais là, la gamme des pions n’est pas encore achevés (il fallait validé les prototypes), alors le MJ a préférer faire simple : sans pion.

 

Je suis désolé, avec tout ça, je n’ai pas pris de photos. Je tacherai d’y penser demain.

Commenter cet article